Comment faire pour se Libérer Du Regard Des Autres [témoignage]

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Lorsque j’étais enfant, j’avais beaucoup d’amis.

Une vraie petite star.

J’enchaînais les anniversaires et les goûtés. C’était génial !

Je voulais que ma vie reste ainsi.

Et elle le fut. Jusqu’à ce que mes parents décident de déménager à 3 heures et 41 minutes précises de ce merveilleux endroit.

Je me trouvais alors en terre inconnue.

Du haut de mes 12 ans, cela me semblait amusant de découvrir de nouveaux lieux… jusqu’à la rentrée des classes.

Les enfants étaient sans pitié.

En 3 mois, je suis devenue la fille à l’aise avec les autres enfants à celle qui se cache aux toilettes pendant la récré.

Mais j’ai tenu et je me suis fait des amis. J’ai fini par arrêter de me cacher aux toilettes et les invitations aux anniversaires étaient de nouveau à jour. C’était vraiment chouette !

J’ai tenu tout le collège ainsi.

Mais mon cauchemar repris de plus belle au lycée.

Le midi, je me cachais dans les escaliers à attendre le début des classes. Mes invitations aux anniversaires n’étaient plus d’actualité. J’essayais à présent de survivre.

À l’université ? Le même problème.

Ma timidité était un obstacle à ma vie, à mon bien-être et à ma santé mentale. Je n’osais pas rêver, car j’avais peur d’être en contact avec les autres…

…Bref, me voici, quelques années plus tard, à faire des présentations en anglais devant des scientifiques et m’amuser à dire que je suis timide – crois-moi, cette blague est celle qui provoque le plus de rires… personne n’imagine que c’était mon cauchemar.

J’ai fini par me libérer du regard des autres et je te partage ici 7 leçons qui m’ont permis de me transformer.

Sommaire

I. Les coulisses pour se libérer du regard des autres

La peur du regard des autres est aussi appelée « blemmophobie ». Il s’agit d’une phobie sociale – un symptôme de la timidité – dans le sens où elle implique une peur du regard des autres sur notre corps.

Elle est causée par un manque d’estime et de confiance en soi.

avatar peur société

Les conséquences sont une peur de prendre la parole en public, des difficultés à partager ses opinions ou encore la peur de sortir avec ses amis.

En fait, la peur du regard des autres est ancrée dans notre cerveau limbique et se manifeste par un besoin d’intégrer un groupe. Comme nous voulons être acceptés par celui-ci alors nous cherchons sa validation. Cela nourrit notre sentiment d’infériorité vis-à-vis des autres.

Le problème est que la recherche de validation sociale alimente ta faible estime et confiance en soi, car tu oublies tes valeurs pour correspondre à celle des autres. Alors, ton cerveau en déduit que tu n’as pas de valeur, ce qui génère un cercle vicieux.

Cela te maintient dans une énergie basse avec peu d’estime et de confiance en toi. Tes pensées se nourrissent de négativité et tu agis en cohérence avec elles, si bien que tes actions produisent des comportements chez autrui qui confirment tes croyances de bases – c’est-à-dire « les autres me jugent », « je ne suis pas aimée », « on va se moquer de moi »…

Donc, tu continues de percevoir les autres comme meilleurs que toi.

C’est terrible, dit comme ça…

Mais en réalité, c’est une SUPER NOUVELLE !

Cela veut dire que l’on sait d’où vient cette peur.

Alors, nous devons briser ce cercle vicieux pour nous libérer du regard des autres.

Pour ce faire, nous devons essayer de nouvelles choses pour modifier le schéma de pensées prédéfinies par le cercle vicieux qui, lui-même, active notre peur du regard des autres.

Alors, tu seras obligé de penser différemment, pour te comporter différemment, afin de produire des réponses différentes par les autres, ce qui changera tes croyances (n’hésite pas à relire cette phrase).

Et c’est ce qu’il s’est passé pour moi.

avatar pense

II. Se libérer du regard des autres en 7 leçons

Votre temps est limité, ne la gâchez pas en vivant une existence qui n’est pas la vôtre.

Steve Jobs

Bien que je sois parvenue à me libérer du regard des autres, cela ne s’est pas fait du jour au lendemain.

Cela m’a demandé du temps, de la patience et de l’énergie pour y arriver.

Voici 7 leçons qui m’ont permis de me libérer du regard des autres petit à petit.

1. Se challenger

avatar indiana jones

Ma transformation débuta le jour où j’ai commencé à me challenger.

Mon tout premier challenge, pour me libérer du regard des autres, a été de demander l’heure à un inconnu.

Je me suis sentie bête sur le coup, je ne savais pas trop à quoi m’attendre jusqu’au moment où cette personne regarda sa montre et me donna l’heure.

Waw ! Rien de mal ne s’était produit.

Alors, j’ai recommencé le lendemain.

Et c’est devenu de plus en plus facile. Mon cerveau intégra que A) si je demande l’heure, alors B) la personne me donnerait l’heure, et que C) chacun continuerait sa route de son côté sans événements dramatiques entre deux.

avatar swag

Quand mon cerveau comprit cela, alors mes pensées finirent par changer si bien que je ne faisais plus de prévisions catastrophes.

Donc, j’étais prête pour un nouveau challenge.

Le second fut un peu plus compliqué : parler à toutes les personnes présentes à une soirée.

Bref, ce que j’ai appris, c’est que, en se challengeant on est si stressé que nos pensées négatives sont couvertes par des pensées tournées vers la recherche de solutions. En effet, tu n’entends plus le brouhaha mental qui te dit que les autres te jugent, car tes pensées sont en recherches de solutions plutôt que de problèmes.

Leçon 1 : Se challenger permet de se mettre volontairement dans des positions inconfortables pour se libérer du regard des autres. Donc on garde un semblant de contrôle sur la situation. Dans ces conditions, ton cerveau recherche activement des solutions afin d’atteindre l’objectif fixé, ce qui permet de se libérer du regard des autres au moment de l’action.

2. Définir des objectifs

En 2013, je me suis cassée le pied droit.

Sous morphine, je chantais du Bruno Mars lorsque les résultats tombèrent : triple fracture avec le plus haut degré d’entorse.

Aïe.

avatar poubelle

« Une année fichue à la poubelle » qu’on m’a dite.

Certes, je venais d’entamer ma deuxième année universitaire, donc ils n’avaient pas tort.

Pourtant, je ne les ai pas écoutés.

Je me suis concentrée sur ma guérison plus que sur l’université. Résultat : 8 de moyenne au premier semestre.

Outch ! Ça fait mal.

Mais la motivation était là.

Alors, aussitôt ma guérison complétée, je reprenais les bancs de la fac prête pour le deuxième semestre.

J’avais défini l’objectif d’atteindre 12 de moyenne. Alors, sur un bout de papier déchiré j’écrivis « 12/20 ». J’en étais convaincu, j’atteindrais 12 de moyenne ce semestre-ci. Résultat : 12,06 de moyenne.

Waw ! Objectif atteint.

Mon année n’avait pas été du gâchis.

En fait, définir des objectifs a été l’une des plus belles découvertes de ma vie et un boost pour me libérer du regard des autres. Grâce à cela, j’ai appris à me connaître, à me dépasser et affiner le chemin que je souhaitais suivre.

De cette façon, on a une vision claire de ce que l’on veut, alors ce que pensent les autres n’est plus si important.

Depuis, je me suis lancée des objectifs dans tous les domaines de ma vie.

roue de la vie

En fait, au-delà de mes notes scolaires, définir des objectifs m’a conduit à oser voyager aux quatre coins du monde, partir seul dans un pays dont je ne connaissais pas la langue, apprendre de nombreuses compétences, lire des livres à ne plus savoir où les mettre, faire des présentations en anglais, accoster des inconnus dans la rue, réaliser bon nombre de mes rêves…

Si je n’avais pas défini tous ces objectifs aux préalables, alors je n’aurais pas eu le courage d’essayer de les réaliser et je serais toujours là à me demander ce que les autres pensent de moi. Se libérer du regard des autres implique de suivre un chemin non conventionnel que « peu » de monde suit.

Mais tout cela n’arrive pas du jour au lendemain. En effet, définir des objectifs est une étape, mais le plus important est d’établir des tâches intermédiaires pour y parvenir, ce qui implique de la régularité par la mise en place d’habitudes, notamment.

Celles-ci te permettent de :

  • Rester motivé sur le long terme ;
  • Rester sur le bon chemin et ne pas te perdre ;
  • Te dépasser et aller au-delà de tes peurs.

Parmi l’ensemble des objectifs que je me suis fixée, l’un des plus efficaces pour me libérer du regard des autres a été d’aller en salle de sport. Ce lieu est redoutablement effrayant lorsque l’on a peur du regard des autres :

  • 1) on n’est pas à l’aise avec nos vêtements de sport ;
  • 2) on met notre corps en mouvement devant des inconnus ;
  • 3) on se sent perdu. Les lieux sont impressionnants, car nous sommes nouveaux et les autres semblent s’y connaître ;
  • 4) on vit énormément de comparaison physique.

À la base, j’évitais le sport [zone de confort], car aller à la salle me faisait peur [zone de peur]. Alors pour éviter de me traumatiser, j’ai commencé à pratiquer seule chez moi [zone d’apprentissage]. De cette façon, j’ai créé un lien avec mon corps, j’ai appris à le connaître et faire équipe avec lui. Lorsque j’étais suffisamment à l’aise avec cette pratique alors je suis allée à la salle [retour en zone de peur –> mais réduite –> donc accès rapide à zone d’apprentissage].

Finalement, la peur du regard des autres sera toujours présente. En fait, dès que l’on essaie quelque chose de nouveau cette peur apparaît. Donc tout le monde en est victime. Mais définir des objectifs à atteindre en se fixant des tâches intermédiaires pour y parvenir permet d’avancer petit à petit dans la direction que l’on s’est fixée pour contrôler cette peur.

Alors, je t’invite à essayer une activité que tu as très envie de commencer, mais que tu n’oses pas par peur du regard des autres. Commence petit, confronte-toi à l’inconnu et à force, ta zone de peur s’amenuisera.

Leçon 2 : Se libérer du regard des autres implique d’avoir une vision claire de ce que l’on veut et d’avancer par petit pas dans cette direction, jusqu’à réduire complètement l’importance du regard des autres.

3. Embrasse le ridicule

« Quoi ?! Vous avez dit ridicule. »

Oui !

C’est un remède miracle pour se libérer du regard des autres.

Personnellement, je rêvais de devenir bilingue.

Alors je suis partie à l’autre bout du monde pour apprendre l’anglais. Je connaissais quelques mots comme « I have » ou « I am », mais pas bien plus.

Comme je n’avais pas le choix de communiquer avec les autres – pour « survivre » – alors je dus me libérer du regard des autres d’une façon ou d’une autre.

J’ai vécu le premier regard gênant à l’aéroport d’Auckland en Nouvelle-Zélande. Le douanier me demanda ce que je venais faire dans leur pays. Je lui ai répondu avec mon accent frenchie « For learn english »… l’air blasé, il me corrigea « to learn english »…

Mmh c’était mal parti.

Mais des regards comme ça, j’en ai croisé des tonnes et j’en ai fait rire plus d’un.

Même une petite fille de 6 ans – dont je m’occupais – me corrigeait de façon agacée lorsque je lui lisais des histoires.

C’était dur, mais très formateur.

Au fur et à mesure du temps, on s’habitue.

L’avantage dans cette histoire, c’est que je me ridiculisais de façon non violente.

avatar drôle

En effet, même si je faisais rire les autres avec mon niveau d’anglais, à aucun moment on ne se moquait de moi personnellement (p. ex., sur une de mes caractéristiques physiques comme la grandeur de mes pieds). Donc, c’est parfait pour se libérer du regard des autres, car on comprend le côté amusant de la situation.

Cet entraînement déguisé permet de se libérer du regard des autres, car même si on est mal à l’aise, les autres attribuent notre attitude à notre niveau de langue, et non parce qu’on a peur de leur regard. De cette façon, on ne nous trouve pas bizarre, timide ou excessivement introvertie, mais seulement courageux d’essayer d’intégrer un groupe d’« expert » dans leur domaine.

En fait, apprendre une nouvelle langue en présence de natifs est puissant pour se libérer du regard des autres, car on embrasse le ridicule si souvent qu’on l’apprivoise. On sait que rien de mal ne se produit si ce n’est une correction de langage.

Alors, je t’invite à essayer une activité dans laquelle tu es novice ainsi, tu t’habitueras à vivre cette gêne d’être regardé des autres qui sont « expert » dans ce domaine.

Leçon 3 : Se libérer du regard des autres implique de se confronter aux regards « moqueurs » des autres pour le dédramatiser. Mais, je te conseille de le faire de manière douce en te confrontant à des personnes expertes dans leur domaine et de leur exposer ton niveau débutant.

4. Mettre en avant ses différences

Un jour, quelqu’un m’a dit que j’étais atypique.

Ça m’a mise en colère !

Tout ce que je voulais, c’était être comme tout le monde et me fondre dans la masse.

Je ne voulais surtout pas entendre que j’étais différente.

avatar choqué téléphone

Mais quelques années plus tard, je compris que c’était un compliment, car rejeter son côté atypique, c’est rejeté ses différences, pour nous intégrer parfaitement à ce que la société attend de nous. Donc, c’est être en perpétuelle recherche de perfection… ce qui est irréaliste, voué à l’échec et à la tristesse. Ce qui est l’inverse de ce que l’on recherche lorsque l’on veut se libérer du regard des autres.

Tu connais cette expression « on ne peut pas plaire à tout le monde » ?… Ok, c’est une phrase bateau. Mais il faut bien la comprendre pour arrêter de rechercher la perfection et enfin se libérer du regard des autres.

En effet, te souviens-tu de ce film que tu aimais tant avec ce jeu d’acteurs au top et sa musique parfaite ? Puis, te souviens-tu du jour où une personne t’a dit qu’elle détestait ce film ? Ce jour-là, tu étais déçu de ne pas pouvoir partager ton enthousiasme pour ce film avec cette personne… et c’est tout. Ce film n’est donc pas parfait, mais il te plaît quand même. Tandis que, si le réalisateur et les scénaristes avaient cherché à plaire à tout le monde, aurais-tu vraiment aimé ce film ?

Leçon 4 : Se libérer du regard des autres implique d’être fier de ses différences et de les exposer au monde, car elles attireront à toi des gens qui t’aimeront pour qui tu es et éloigneront les autres.

5. Se comparer à soi-même

Avant, je me comparais aux autres.

Tout était un prétexte pour me comparer.

Comme je trouvais toujours meilleurs que moi, alors chacun de mes petits pas et de mes petites victoires était dénigré.

Le problème avec ce type de comparaison, c’est que :

  • 1) Lorsque tu fais face à une personne que tu considères comme supérieure à toi, alors tu te sens mal et tu as du mal à la regarder dans les yeux ;
  • 2) tandis que, lorsque tu fais face à une personne que tu considères comme inférieure à toi, alors tu te sens plus à l’aise et tu regardes cette personne plus facilement dans les yeux.

Dans les deux cas, tu dois repositionner l’autre personne comme ton égale :

  • Elle n’est pas parfaite ;
  • Elle a des doutes ;
  • Des peurs ;
  • Des faiblesses ;
  • Des complexes ;
  • Tout autant que toi.
avatar heureux sourire

En fait, se libérer du regard des autres implique de détourner notre attention des autres, car cela retient notre attention de la personne la plus importante dans notre vie : nous !

Aujourd’hui, je cesse de me comparer ainsi. Je regarde ce que font les autres et je me demande comment ils le font. Ainsi, je questionne tout, afin de faire de même et de ne pas me dévaloriser.

Leçon 5 : Te libérer du regard des autres implique que tu arrêtes de te comparer aux autres négativement. À la place, regarde le chemin que tu as parcouru et compare ton évolution. C’est le seul type de comparaison qui te fera évoluer. Puis, inspire-toi des autres pour évoluer et demande-toi : « Comment a-t-elle réussi à faire [telle ou telle chose] ? »

6. Anticipation positive

À l’université, il y a quelque chose d’horrible lorsque l’on a peur du regard des autres : les présentations orales !

Outch.

Une par semestre ? Mois ? Semaine ? Quel calvaire…

J’avais cette fichue tendance de toujours stresser plus que nécessaire.

Je le savais, 1) j’aurais l’air ridicule 2) je bafouillerais 3) ma gorge deviendrait sèche 4) je tremblerais 5) je ne quitterais pas ma feuille des yeux…

[D’ailleurs, le simple fait d’écrire ces lignes me fait revivre ce genre de moments passés et je ressens une baisse de confiance en moi…]

Puis, les choses ont changé.

J’ai changé de filière, d’université, de ville… NOUVELLE MOI ! Je devais commencer en beauté et mettre en pratique tout ce que j’avais appris avec le développement personnel pour enfin me libérer du regard des autres.

Dès la deuxième semaine, une grosse présentation était prévue avec d’autres étudiants, devant une salle de 75 personnes.

Ce qu’il s’est passé, c’est que, 1) j’étais très à l’aise, 2) j’ai interagi avec le public, 3) le fond de la salle m’entendait parfaitement, 4) je n’avais pas de feuille 5) et j’ai occupé mon espace.

La différence entre ces deux présentations est ma préparation psychologique. Dans le deuxième cas, je savais que ce serait dur, alors j’ai orienté mon cerveau vers la recherche de solution. Je n’ai pas perdu de temps à me lamenter. J’ai fait des recherches très poussées sur le sujet afin de savoir de quoi j’allais parler. Puis j’ai fait en sorte de connaître mon texte parfaitement (avec des rappels visuels sur le PowerPoint). C’était tellement incroyable qu’à la fin de la présentation, je ne voulais pas me rasseoir, j’étais heureuse d’être devant ces personnes.

Alors bon, tu m’diras « OK c’est bien pour toi Madison. Mais moi, je fais quoi avec ça ? ». Retiens que : « Ce n’est pas magique, mais ça marche, fais en sorte de toujours anticiper les événements à venir de manière positive ».

Le problème lorsque l’on a peur du regard des autres, c’est qu’on est toujours en train d’imaginer les pires scénarios dans notre tête :

  • « Je vais bafouiller » ;
  • « On va se moquer de moi » ;
  • « Je vais avoir l’air ridicule » ;
  • « Tout le monde verra que je suis mal à l’aise » ;
  • « Je vais trembler et perdre tous mes moyens » ;

Bref, ce genre de pensées ne t’aide pas à te libérer du regard des autres, car elles impliquent une anticipation négative de l’événement. Donc, ton cerveau se prépare en conséquence pour te donner ce que tu attends.

Nos pensées activent nos peurs, alors en contrôlant nos pensées nous reprenons le contrôle de nos peurs.

C’est pourquoi il te faut anticiper positivement l’événement stressant à venir.

Ainsi plutôt que de t’imaginer :

  • Bafouiller, alors imagine-toi parler avec aisance ;
  • Être moqué, alors imagine-toi être admiré ;
  • Être ridicule, alors imagine-toi être à l’aise ;
  • Être démasqué, alors imagine-toi faire grande impression ;
  • Perdre tes moyens, alors imagine-toi prendre toute la place.
avatar affirmation de soi

Leçon 6 : Tes pensées se réaliseront alors choisies en des positives.

7. Une vérité difficile à accepter

Se libérer du regard des autres peut être long.

Mais lorsque tu ressens du stress en lien avec cette peur alors, rappelle-toi que tu n’as pas besoin d’avoir peur d’être jugé ou critiqué, car dans tous les cas tu le seras.

Alors, à quoi bon perdre son temps à discuter d’une vérité ?

C’est comme si tu cherchais des preuves allant à l’opposé d’une vérité profondément connue telle que : la terre est ronde et elle tourne autour du soleil !

À quoi bon, se tracasser, se stresser et perdre de l’énergie à essayer de prouver l’inverse ?! Il nous suffit simplement de l’accepter et de continuer de vivre normalement.

Donc, accepte que peu importe ton niveau – débutant, intermédiaire ou professionnel – dans n’importe quel domaine, tu seras toujours critiqué (comme ton film préféré). En effet, tu peux être le meilleur dans ton domaine, mais sois conscient qu’il y aura toujours du monde pour dire que tu es le pire.

avatar diable

De plus, la perception que nous avons du monde diffère d’une personne à une autre, alors mes goûts sont différents des tiens et de n’importe qui d’autre. Donc, la critique est inévitable.

Leçon 7 : Peu importe ce que tu feras, dans tous les cas, tu seras critiqué. Alors, autant faire ce qu’il te plait.

III. Conclusion

Se libérer du regard des autres demande de l’implication. C’est pourquoi la notion principale ici est l’action.

En effet, rester sur place, se plaindre, se lamenter n’a jamais fait avancer personne et tu ne feras pas exception.

Alors, voici les 7 leçons pour se libérer du regard des autres :

  • 1) Se challenger ;
  • 2) Définir des objectifs ;
  • 3) Embrasse le ridicule ;
  • 4) Mettre en avant ses différences ;
  • 5) Se comparer à soi-même ;
  • 6) Anticipation positive ;
  • 7) Une vérité difficile à accepter.

Parmi ces 7 leçons, laquelle t’aide le plus ? Partage ta réponse en commentaire.

Tu as aimé cet article ? Partage-le avec tes amis :)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments